SIRHA 2016

11.11.2014
par Admin Admin

Les métiers de bouche de la région à Palexpo

Par Sophie Simon

22.01.2016

La 4e édition du Salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation ouvre de dimanche à mardi.

Le SIRHA, «c’est ce que vous allez manger demain, c’est la cuisine du futur», résume sa directrice, Marie-Odile Fondeur. Le rendez-vous des professionnels de l’hôtellerie et de la restauration ouvre demain à Palexpo. Dédié à la région franco-suisse, il accueille des concours comme la sélection Europe de la Coupe du monde de la Pâtisserie, et la sélection suisse du Bocuse d’Or avec un candidat genevois: Stéphane Jan, enseignant au Centre de formation professionnel.

Marie-Odile Fondeur, en quoi le SIRHA est-il franco-suisse?

Nous accueillons 70% de professionnels qui exercent en Suisse romande et 30% dans les départements français limitrophes. Nous ciblons aussi les stations de montagne comme visiteurs potentiels, à la fois côté Suisse et côté France.

Le contexte n’est pas le même pour les exposants venant d’un côté ou de l’autre de la frontière…

La variation du franc suisse par rapport à l’euro a évidemment un impact. Mais les chefs sont toujours à la recherche de produits innovants, ils sont prêts à mettre n’importe quel prix pour trouver un produit qui va leur permettre de sublimer leur cuisine.

Quelles sont les nouveautés?

L’espace So terroir avec 20 chefs suisses qui vont valoriser les produits du terroir (ndlr: le céleri-rave avec le chef du Neptüne, la féra du lac Léman avec celui du Montagne, etc.). Un des produits phare de l’épicerie fine Trésors et saveurs est une liqueur de rhum au safran. Et du café de noyau de datte sans caféine, qui constitue un substitut au café de plus en plus demandé chez les restaurateurs.

Comment le SIRHA Genève se distingue-t-il de son grand frère voisin, le SIRHA Lyon?

Le salon de Genève est plus petit, donc les chefs sont beaucoup plus accessibles, c’est plus facile de dialoguer avec eux. (TDG)

© Tamedia Publication Romande SA